Richard Savoie : Bassiste 12-Cordes


Richard Savoie

Une conversation avec Mark Rowe

Peu nombreux sont les adeptes de la basse 12-cordes qui ont également la tâche d’être chanteur principal dans un groupe. Richard Savoie de Québec, au Canada, l’a pourtant fait pendant de nombreuses années avec Éonz. Avec cinq albums, de nombreux simples et des vidéos à leur crédit, Éonz ont parcourus le Québec pendant plus d'une décennie. Pendant le parcours, Richard a incorporé la basse 12-cordes dans la musique du groupe, tant sur disque qu’en spectacle et l’utilise actuellement sur ses prochaines chansons à paraître. Merci de prendre le temps pour bavarder avec nous, Richard!


Qu'est-ce qui t’as attiré à la basse 12-cordes?
Par où commencé... Comme la plupart d'entre nous, j'ai commencé à jouer de la musique à l’adolescence (au début des années ‘80) mais mes débuts professionnels ont commencé quand j’ai joint ÉONZ en 1990. Au tout début avec le groupe, j'étais chanteur / guitariste, mais j’ai dû changé de rôle en 1995, juste au moment où nous commencions à enregistrer notre deuxième album. C'était par nécessité; notre troisième bassiste venait de nous lâcher et nous n'avions pas le temps d’en trouver un autre, donc les gars ont dit, "Richard, vas-y, t’es capable!" Ce que j'ai fait.

Je suis un fan de longue date de King’s X et j’ai toujours été fasciné par le son de Doug Pinnick, quand j'ai découvert qu’une partie du mystère était la basse 12-cordes, je savais que, tôt ou tard, j'allais m’en procurer une! C'est arrivé à l’été de 1997 avec l’achat d’une Hamer Chaparral B12L noire.

Sur laquelle de vos réalisations as-tu utilisé la 12-cordes?
Puisque qu’on étaient dans le processus de produire le troisième CD, la plupart des chansons étaient déjà écrites et en phase « démo » mais j'ai quand même réussi à en enregistrer trois avec la 12-cordes: "J'attends", "Le Sauveur" et "Eugène". Par la suite, j’ai incorporé l’instrument dans la majorité des spectacles que nous avons faits. Vous pouvez l'entendre sur la partie "branché"  de l'album « live » d'ÉONZ. Plus tard, je l’ai utilisée sur d’autres chansons : "Cible sans arme" et "Freedom Radio". Celles-là sont en écoute sur ma page MySpace.

Tu es le bassiste 12-cordes qui utilise le plus petit système d’amplification que je connaisse!
En effet, je suis un minimaliste! En spectacle, j’utilise un DI SansAmp Bass Driver branché directement à la console de son et aux moniteurs. Ça faisait un travail très efficace et je n'avais aucuns cabinets monstrueux à trimbaler. Les gars du groupe appréciaient beaucoup! Bien sûr, en studio c'était une combinaison d'ampli et de signal direct tout en « pitonnant » pour obtenir le son désiré. 

Quels amplis as-tu utilisé en studio ?
Si je me souviens bien, on a enregistré avec le vieux classique "Ampeg-avec-micro / D.I.-à-la-console" et à quelques occasions, un simple SansAmp Bass Driver directement à la console et le tour était joué. Sur "Cible sans arme", j'ai doublé la piste de basse avec, à la fois, une basse régulière (une Ibanez ATK) et la Chaparral. Et, oui, j'utilise la 12-cordes sur mes nouvelles compositions! J’expérimente avec les tonalités; j'aime bien le grondement que ça provoque une fois accordé un ton et demi plus bas. Blâmez dUg!!!

 

Depuis la fin d’Éonz, qu'as-tu fait pour te garder occupé ?
Depuis qu’Éonz a cessé ses activités en 2002, je ne joue plus de basse autant qu’avant. Je continue à composer et faire des maquettes chez moi dans l’espoir qu’elles voient le jour, sous une forme ou une autre. En attendant, je garde la forme en jouant les fins de semaine en duo et en chantant dans un groupe hommage à AC/DC. La paie est bonne et ça me permet de faire ce que j'aime le plus, de la musique!

Merci Richard!
Merci à toi Mark,  je suis vraiment honoré d'être inclus sur le site 12stringbass.net!

Assurez-vous de visiter le site d’ÉONZ et la page MySpace de Richard.